VINCI Autoroutes A62 agen Ouest - directeur travaux interview

3 questions au Directeur de Travaux

Laurent Marol nous présente son métier de Directeur de travaux et le cadre de ses missions sur le chantier du nouvel échangeur d’Agen Ouest. Entretien.

1 – Pouvez-vous nous expliquer votre métier ?

En tant que directeur de travaux, j’ai en charge le pilotage du groupement des entreprises Razel-Bec, Spie Batignolles Malet et Sogecer, qui réalise une partie des travaux du nouvel échangeur d’Agen Ouest. Ces entreprises ont en effet décidé de former un groupement afin de partager leurs savoir-faire et leurs énergies.

J’organise donc la réalisation des différentes phases du chantier et je représente ce groupement auprès de toutes les parties prenantes du projet (maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre, représentants locaux…).

C’est un métier passionnant, dans lequel nous travaillons toujours en équipe ! Je ne cesse jamais d’apprendre dans ces nombreux domaines : technique, sécurité, financier, management, communication…

 

2 – Quelles sont vos missions sur le chantier du nouvel échangeur d’Agen Ouest ?

Ma mission principale est de livrer le chantier du nouvel échangeur d’Agen Ouest en m’assurant que le cahier des charges soit parfaitement respecté.

Cette mission se décline en plusieurs objectifs :

  • Assurer la sécurité de tous les salariés du chantier mais aussi de toutes les personnes situées à proximité de l’emprise des travaux, comme les usagers de l’autoroute A62.
  • Organiser le phasage des travaux pour livrer le chantier dans le délai imparti.
  • Piloter la production pour s’assurer de la maîtrise technique de nos ouvrages.
  • Ecouter et accompagner, la maîtrise d’œuvre, la maîtrise d’ouvrage et les partenaires locaux (communes, exploitants, riverains), pour assurer le bon déroulement du projet.
  • Réduire l’empreinte écologique du chantier.

 

3 – Aujourd’hui, quels sont les enjeux pour vous sur ce chantier ?

Il y a de multiples enjeux sur ce projet :

  1. S’inscrire dans la démarche « zéro accident » avec toutes les parties prenantes, afin de réduire au maximum les risques de notre métier.
  2. Réussir à intégrer l’économie locale dans le projet au travers de sous-traitance ou de prestations avec des entreprises de la région, mais aussi d’insertion professionnelle dans nos équipes de personnes en difficulté ou en reconversion.
  3. Réduire au maximum notre impact sur l’exploitation de l’autoroute A62 et des voiries locales.
  4. Enfin, assurer la protection de l’environnement lors la réalisation de chaque phase du chantier.