CSPS chantier echangeur Agen Ouest

3 questions au Coordonnateur Sécurité et Protection de la Santé

Olivier Blondelle nous présente son métier de Coordonnateur Sécurité et Protection de la Santé et le cadre de ses missions sur le chantier du nouvel échangeur d’Agen Ouest. Entretien.

1 – Pouvez-vous nous expliquer le métier de Coordonnateur SPS ?

Tout d’abord, il faut savoir que le métier de CSPS est encadré par le décret du 26 décembre 1994.

Le coordonnateur SPS intervient, à la demande du maître d’ouvrage, sur les chantiers de bâtiment et de travaux publics pour limiter les risques liés à l’activité simultanée des entreprises. Il accompagne les entreprises de la phase de conception et jusqu’à la réception du chantier.  

  • Lors de la conception, la mission du CSPS consiste à analyser l’organisation du chantier, à définir des mesures pour réduire les risques liés à l’environnement ou à la coactivité des entreprises. En termes de documents réglementaires, un Plan Général de Coordination¹ (PGC) et un Dossier d’Interventions Ultérieures sur l’Ouvrage² (DIUO) sont établis.
  • Lors de la réalisation, le CSPS est présent pour s’assurer du respect des mesures arrêtées en phase conception et réalise des visites d’inspection communes et visites chantier. Il intervient également pour harmoniser les Plans Particuliers de Sécurité et de Protection de la Santé des entreprises intervenant sur le chantier et modifie si nécessaire le PGC ou le DIUO selon la réalité des travaux.
  • Lors de la réception, il remet le DIUO final au maître d’ouvrage.

 

2 – Quelles sont vos missions sur le chantier du nouvel échangeur d’Agen Ouest ?

Sur ce chantier, dont VINCI Autoroutes est maître d’ouvrage, ma mission se concentre sur la phase réalisation et se traduit par une forte présence terrain avec des visites et des participations aux réunions de chantier.

Il est essentiel de rester en lien avec les équipes pour contrôler le respect des mesures et les aider si nécessaire. Concrètement, il s’agit de : 

  • s’assurer de la transmission et de l’explication des consignes avant chaque phase de travaux,
  • s’assurer de l’animation des quarts d’heure sécurité hebdomadaires organisés pour chaque équipe,
  • sensibiliser et former les personnels sur le chantier grâce à l’analyse des situations dangereuses que j’ai relevées, 
  • harmoniser les actions des différentes entreprises intervenant sur le chantier.

Pour le chantier du nouvel échangeur d’Agen Ouest, j’ai adapté le Plan Général de Coordination (PGC) en intégrant les évolutions de la politique “Maîtrise d’Ouvrage Zéro Accident » développée par VINCI Autoroutes, mais aussi en prenant en compte les mesures liées à la COVID 19. Un volet de ma mission est consacré au suivi des actions préventives (application des gestes barrières, etc.).

Ensuite, j’ai participé aux réunions organisées par le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre. Ensemble, nous avons suivi les premières opérations (opérations préparatoires : désamiantage, démolition, débroussaillage). 

 

3 – Aujourd’hui, quels sont les enjeux pour vous sur ce chantier ?

Le chantier se décline en plusieurs lots distincts et une partie se déroule sous circulation : la gestion de la coactivité est un enjeu majeur.

Ma priorité est la sécurité et la santé des femmes et des hommes qui interviennent sur ce chantier : chacun d’eux doit pouvoir rentrer chez lui en bonne santé.
Pour cela, la démarche « Maîtrise d’Ouvrage Zéro Accident » est un très bon outil mis en place avec les entreprises et les personnels. En tant que CSPS chez Bureau Veritas, je suis pleinement convaincu par cette politique VINCI Autoroutes en matière de sécurité chantier. Elle vient compléter ma mission et ses bénéfices sont mesurables.

 

¹ Document qui définit les mesures destinées à prévenir les risques découlant des interventions successives ou simultanées sur un chantier.

² Document qui rassemble toutes les données facilitant la prévention des risques professionnels lors d’interventions ultérieures sur l’ouvrage.